Sit-in devant le consulat général d'Algérie à Milan: Appel à élucider le sort de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud

Rome, 22/10/10- Un grand nombre de membres des la communauté marocaine établie en Italie ont observé, vendredi, un sit-in devant le consulat général d'Algérie à Milan (nord) pour réclamer que soit élucidé le sort de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, enlevé et séquestré par les miliciens du "polisario".

Lors de ce sit-in, tenu à l'appel de "la Rabita Démocratique de la communauté marocaine en Italie", les participants, venus de différentes régions de la Péninsule, ont exprimé leur vive préoccupation à ce sujet ainsi que leur consternation pour l'acte de piraterie dont le militant sahraoui a été l'objet à son retour à Tindouf, en Algérie.

Brandissant le drapeau national, ils ont également appelé la communauté internationale à ce que M. Ould Sidi Mouloud puisse recouvrer son entière liberté et rejoindre les membres de sa famille soumis, comme lui, à la persécution et à l'oppression de la part de la direction du "polisario".

Les participants, qui arboraient également des portraits de M. Ould Sidi Mouloud et des banderoles appelant à sa libération effective, ont réaffirmé, à cette occasion, leur attachement indéfectible à la marocanité du Sahara et leur mobilisation permanente pour la défense des acquis sacrés de la Nation.

Lors de ce sit-in, lecture a été donnée à une lettre destinée à l'ambassade d'Algérie en Italie dans laquelle la Rabita "invite les autorités algériennes à garantir la protection de M. Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud - ainsi que des membres de sa famille- et à accomplir les pas nécessaires pour le prémunir des représailles et préserver son intégrité physique et sa dignité conformément aux principes universels des droits de l'Homme".

Revendiquant pour M. Ould Sidi Mouloud le droit d'exprimer librement ses opinions, la Rabita rappelle que le militant sahraoui a manifesté son adhésion totale à l'initiative marocaine d'autonomie qu'il a jugée judicieuse en ce sens qu'elle constitue la meilleure solution à la question du Sahara "puisqu'elle offre aux sahraouis la possibilité de gérer leurs propres affaires selon un modèle démocratique qui préserve leurs spécificités".

Dans cette lettre que le consulat algérien a refusé obstinément de réceptionner, la Rabita, présidée par M. Hassan Boudouah, a réaffirmé, par ailleurs, sa ferme condamnation de toutes les provocations, violations, frustrations et privations subies quotidiennement par les sahraouis dans les camps de la honte.

La lettre, dont des copies ont été distribuées à une large échelle notamment aux nombreux citoyens italiens présents, a souligné, à ce propos, que le retour massif au Maroc de milliers de sahraouis, dont d'anciens dirigeants et membres fondateurs du "polisario", traduit clairement le désir ardent de la population séquestrée dans les camps de Tindouf de regagner la mère-patrie, au péril même de leur vie, et leur détermination à fuir l'oppression à laquelle ils sont assujettis.

Le sit-in a été également l'occasion de fournir des explications détaillées à l'assistance étrangère sur la réalité du conflit artificiel du Sahara et sur les visées véritables des ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc.

Plusieurs médias se sont fait l'écho sur leur sites internet de ce sit-in à l'instar de l'agence "Adnkronos international" (AKI), dont le compte-rendu a été relayé par les sites d'information en ligne "libero.it" et "Riformista.it".

L'agence "AKI" rappelle notamment l'appel lancé au gouvernement algérien pour "faire la lumière sur le sort de Ould Sidi Mouloud, deux semaines après l'annonce de sa libération de la part du +polisario+ qui l'avait accusé de trahison pour être revenu au Maroc et avoir adhéré au plan d'autonomie des régions sud proposé par Rabat". "Aujourd'hui encore, en effet, il n'y a nulle nouvelle et il n'est pas clair qu'il soit encore en vie et où il se trouve", souligne l'agence.